0780000000 test@website.com

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LES CASQUES MILITAIRES

Le casque militaire a pour vocation de protéger la tête des opérateurs des forces armées. Autrefois, ils étaient faits en acier mais dorénavant l’acier à laissé la place aux fibres Kevlar® (ou plutôt aux fibres d’aramide, Kevlar® étant le nom d’un produit de chez Dupont® qui est constitué de fibres d’aramide). 

1/ L’évolution du casque militaire français 

Lorsque qu’on pense au casque militaire français, on pense généralement à l’ancien modèle type F1. Mais ce modèle n’est plus en dotation et a laissé place aux casques militaires modernes. 

casque militaire français

Les casques militaires ont beaucoup évolué ces dernières années. Autrefois de simples coques de protection, les casques militaires modernes ne se limitent plus à cette seule fonction. 

Dorénavant, les casques militaires servent également à porter du matériel : des lunettes de vision nocturne, des lampes d’appoint, du matériel d’identification et des balises stroboscopiques, etc.

casque militaire français

Crédit Photo : Journal La Croix

De plus en plus, les casques militaires Français sont remplacés par des modèles type Américains, notamment les FAST (originellement par le fabricant américain de casques Opscore).

2/ Quand utiliser un casque militaire ?

Les casques militaires ne sont pas utilisés dans toutes les situations. En effet, comme toutes les protections balistiques, leur port est sujet à réflexion selon la mission et le contexte de celle-ci. Un casque balistique pèse en moyenne 1,5kg à nu sans équipement (et nous verrons plus loin que les casques balistiques ne sont pas seulement utilisés en tant que protection), une paire de plaques balistiques NIJ IV (plus haut niveau de résistance de protection corporelle : contre un grand nombre de calibres de fusils, dont ogives perforantes, voir plus loin) pèse environ 5kg. Rien que les protections balistiques ajoutent en moyenne près de 7kg et ce sans tout le matériel nécessaire au combat qui pèse lourd. 

casque militaire

C’est pourquoi les opérateurs feront le choix ou non de s’équiper en protections balistiques. La plupart du temps, les conditions logistiques permettent un largage assez proche de l’objectif ou d’être motorisé ce qui permet aux opérateurs de s’équiper avec le maximum de protections balistiques. Ce sont souvent des missions où la probabilité de contact est élevée, et de ce fait, les protections balistiques sont indispensables.

casque militaire

Mais dans certains cas, qui sont plus souvent des cas rencontrés par les Forces Spéciales, l’utilisation de protections balistiques (aussi bien des casques que des plaques balistiques) représente un fardeau. Par exemple si une unité est larguée à plusieurs dizaines de kilomètres de l’objectif en infiltration et qu’ils doivent réaliser un objectif avec une probabilité de contact basse et/ou un devoir de discretion selon le théâtre d’opération (opération clandestine); ils se passeront souvent de protections balistiques au profit d’un emport plus léger, comme un micro chest rig et un sac qui leur permettront une plus grande mobilité et une plus grande vitesse pour réaliser l’objectif. 

Ainsi, le port d’un casque balistique n’est pas automatique, même s’il est présent dans sa caisse à matériels.

3/ Quel casque balistique choisir selon la mission 

Depuis quelques années, les modèles de casques balistiques utilisés par les professionnels se concentrent sur deux grandes variations : les casques militaires avec couverture des oreilles et les casques militaires sans couverture des oreilles. 

Concernant les casques balistiques avec couverture des oreilles, généralement référés comme casques MICH sont des modèles vieillissants, souvent utilisés par des forces de police.  La coque de ces casques balistiques recouvrent donc les oreilles et possèdent un débattement afin de pouvoir porter un casque électronique actif pour la communication. Ce type de casque balistique possède néanmoins deux désavantages certains : la couverture des oreilles rend le casque plus lourd et aussi, selon la morphologie peut gêner le port du casque électronique actif même s’il est censé pocasque balistiqueuvoir en accueillir un avec le fameux déport. 

 

Les seconds modèles de casques militaires, dits « sans protection de l’oreille » se trouvent sous une multitude de formes différentes et dénominations différentes. Ils se trouvent dans une multitude de variantes, surtout cosmétiques ou la différence se fait au niveau du système de harnais et de coussinet qui les rend plus ou moins confortables à l’utilisation. Les modèles les plus courants sont les casques balistiques type FAST High Cut ou FAST MAR (aussi appelés SUPER HIGH CUT). Ce sont deux modèles de casques militaires très similaires qui ne diffèrent que par de très légères variations : le premier reste la référence et le second est un peu plus aplati sur le sommet du crane, et le dégagement au niveau des oreilles et de la nuque plus important. Le choix dépend généralement des préférences de chacun, la différence étant très minime.

 

4/ Utilisation du casque militaire

Outre la protection qu’ils confèrent, les casques balistiques sont utilisés comme support de matériels lors des missions. 

casque militaire

Les casques militaires modernes sont souvent partiellement recouverts de velcro afin de pouvoir y fixer des écussons d’identification. Souvent sous la forme de trigramme ou CALLSIGN, ces écussons permettent aux opérateurs d’un même groupe ou d’une même colonne de s’identifier entre eux afin de mener à bien leur mission. Ces écussons peuvent être phosphorescents ou réfléchissent l’infrarouge la plupart du temps. 

Ils possèdent également un système de rails (dont les compatibilités varient selon les modèles) qui permettent de fixer des lampes d’appoint ou encore d’y ancrer les casques électroniques de communication pour rendre leur port plus confortable.

casque militaireEnfin, le shroud (plateforme fixée à l’avant du casque balistique en position frontale) permet de fixer des Lunettes de Vision Nocturne à demeure ce qui est bien plus confortable qu’un harnais de tête pour l’utilisation de ces Lunettes de Vision Nocturne. (crédit photo Because Operator).

 

Il est important également de préciser dans cette partie l’importance du système de harnais et de pads. En effet, celui-ci assure le confort et le niveau de protection à l’impact du casque. Par exemple, pour nos casques balistiques gen.3 nous avons opté pour un harnais type BOA (roue située à l’arrière du casque qui permet de régler facilement la tension sur le crane) couplé à des coussinets en double couche qui permet une grande modularité pour s’adapter aux sensations et aux besoins de chaque opérateur tout en garantissant un très bon amorti à l’impact.

5/ Ce qu’il faut absolument savoir sur les casques balistiques!

Dorénavant, les casques balistiques sont surtout achetés sur internet. Qui dit internet, dit qu’il y a des entreprises plus sérieuses que d’autres… Et tout votre travail réside dans la prise d’information et le renseignement quant au fabricant que vous choisissez. 

Tout d’abord il est important d’être informé sur les niveaux de protection et ce qu’ils veulent réellement dire. 

Voici une infographie que nous avions mis au point il y a quelques années afin d’informer au mieux nos clients : 

niveaux balistiques

Les casques balistiques actuellement sur le marchés sont normalement du niveau de protection NIJ IIIA. Ce qui veut dire que ces casques protègent contre les éclats ainsi que des tirs directs des calibres suivant : 9x19mm, .357SIG, .45ACP, .44Magnum ainsi que de certains éclats. La notion de protection est également à approfondir. Protéger contre un dit-calibre ne veut pas dire simplement que l’ogive ne traverse pas. Il faut alors introduire la notion de BFD (Back Face Deformation = déformation face arrière). Car si l’ogive est arrêtée par votre casque balistique mais que ce dernier a été déformé de 5cm en profondeur, cela aura pour conséquence d’enfoncer la boîte crânienne de l’opérateur qui peut avoir conséquence le décès de l’opérateur…

casque militaire

Il faudra donc se renseigner sur les résultats des tests (pour commencer, vous pouvez déjà regarder si les V50 sont affichées dans la description du produit, si les laboratoires utilisés pour les tests sont indépendants et possèdent des accréditations, et si possible visionner une vidéo d’un test en stand de tir et les mesures des BFD résultantes aux dits tests (souvent, on se rend déjà bien compte visuellement si la BFD en est en normes ou pas). Vous verrez sur internet des vendeurs (français, oui!) qui vendent des casques balistiques à des professionnels, en communiquant sur le niveau de protection NIJ IIIA en publiant des vidéos sur lesquelles il est clair que le niveau de protection n’est pas respecté à la vue de l’enfoncement de la coque balistique suite à un tir d’un calibre inclut dans la norme. 

casque militaire

Chez Hexatac, tous nos casques ont passé de nombreux tests en laboratoires et régulièrement en situation en stand de tir. Aussi, nous fournissons des forces armées en France, Belgique et aux Pays-Bas, dont des unités de forces spéciales françaises et des unités de police spécialisées. 

Nous offrons également la garantie « combat-proof » à nos clients professionnels. Cette garantie consiste à échanger gratuitement un casque balistique qui a subit des tirs lors d’une utilisation normale dans un contexte professionnel. Pas mal non ? 

Contact
close slider

Une Question ?

Remplissez ce formulaire et nous vous répondrons au plus vite !

0